Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 12:51

Je vous propose de lire quelques extraits du livre de Aurélia Féron, « Je m’adresse à vous comme si un jour vous alliez me lire ! » paru 2007 à la Société des écrivains. J’aime bien les textes réaliste comme ça, c’est sous forme de poésie et j’aime ça, je trouve que cet auteure écrit très bien.

 

 

Texte réalité

 Voyez à quel point la vie est pourrie…

On est heureux, on dit un jour que la vie est belle,

On a tout pour nous… l’amour, la joie, l’amitié, la famille…

Et e lendemain, on perd tout… Que d’injustice !

C’est pour ça que l’on dit :

« Nique la vie avant qu’elle te nique »

Mais celle qui aura toujours le dessus c’est la Mort.

                                               < …>

 

On remet ça…

Les gens qui se disent « bien »

N’hésite pas à enfoncer,

Ceux qui utilisent quelques substances pour se défoncer

Ils sont pleins d’ignorance !

Si leur vie leur convient ou qu’ils s’en contentent,

Ils ont quand même un défaut…

Celui de se croire parfait.

                               <…>

 

Les pensées/Réflexions

N’abandonne jamais tes idées, tes projets

Aussi fou puissent-ils te paraître

Car s’ils te viennent à l’esprit,

C’est que déjà, ils font partie de toi…

Ne t’abandonne pas !

 

Partir sans avoir l’air de fuir

C’est construire le plus sûrement ton avenir.

 

Pour avancer dans la vie,

Il ne faut pas faire que « dire » mais aussi FAIRE

 

Il ne faut pas rêver sa vie mais vivre ses rêves.

 

N’hésite pas à prendre le chemin le plus long

Pour aller jusqu’à la gloire…

Trop vite, tu pourrais arriver aux déboires !

                                < …>

La plus belle histoire d’amour

Est loin d’être celle qui dure toujours,

Mais celle qui immortalise chaque jour

                            <...>

Puisqu’il existe tant de façon de s’aimer

Alors aimons-nous mieux : aimons-nous autrement

Ou tout simplement : aimons-nous vraiment.

                < …>

A la fois ici et tellement loin,

A l’aide de mes pensées, je m’évade,

Loin de cette feuille, de ce stylo,

De cette société, de ce ghetto…

Je ne sais où je vais et je m’en fous…

Tout est si beau, si magique…

Il ne manque que TOI !

                               <…>

 

Le Figaro : Elle est stérile !

Moi : je suis fébrile !

                         <…>

 

Et si mon but dans la vie

C’était toujours de chercher

Alors je ne passerais pas de le trouver

Car je me plais à chercher d’éventuelles réponses

Aux mille et une questions

Qui valent le coup qu’on se pose.

                <…>

 

A la base, une feuille, un stylo à ses côtés,

Voilà que je vais composer..

Suis-je toujours censée ?...

Pourquoi ainsi ne pas la laisser.

On est tenté, on écrit…

 

Un mot, une phrase, un texte que l’on fait vivre.

 

On y fait passer divers sentiments,

Positifs comme l’amour à négatifs comme la haine.

Mais revenons en arrière,

Cette feuille, ne peut-elle pas exprimer à elle seule

Toutes ces choses sans que personne ne les ait composés

N’ayant jamais su la laisser vierge, je ne peux savoir.

                               <…>

 

Le bonheur ne fait écrire car il enlève le cœur

Le mal trahit mais entraine notre cœur

Le cœur aime qu’on le taquine,

Mais seulement quand la retombée,

De ce nom n’est pas digne.

                <…>                                            

 

La communication est la clé de la réussite,

Peu importe le mode,

Ecoutez-vous où un jour, VOUS ne sera plus.

                                   <…>

 

Pas un jour ne se passe

Sans que de cette vie, je me lasse.

Je voudrais tant crier

L’amour perdu et mon cœur brisé.

Mais qui m’entendra,

Qui me prendra dans ses bras

Et me consolera.

Si je savais qu’un mec n’attendait que cela

Alors je crierais au désespoir

Afin qu’auprès de lui, je reprenne espoir…

Que de blabla

Car un jour aussi il me quittera.

                    <…>

Copyright : Aurélia Féron pour tous les textes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article

commentaires