Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 18:42

Prolongée jusqu’au 26 septembre 2010, c’est avec un bonheur immense que je me suis précipité pour voir cette nouvelle exposition consacrée à mon idole: Rimbaud, et intitulée "Aden au temps de Rimbaud, l’album d’Alfred Bardey 1882".  Laissez-moi vous faire part de ce que j'y ai vu.

 

http://www.mag4.net/Rimbaud/actualites/public/images/aden-1882.jpgC’est ici, dans le musée du poète, au premier étage, qu’est installée l’exposition, modelée pour voyager jusqu'à Rimbaud.  En entrant, on est pris dans un tourbillon en voyant tant de photos couleur sépia, dont beaucoup sont inédites.  Dans une salle la fameuse photo retrouvée récemment est exposée.  Mais ce qui nous attire en premier lieu, en entrant à l’étage, c'est une une jeune femme noire, Mariam, la compagne abyssine de Rimbaud, jeune chrétienne qui vivait à Aden au temps où Arthur y séjournait (1882).

 

Enormément de photographies y sont recensées, ainsi que des personnes ayant vécu au temps de Rimbaud et l’ayant sûrement côtoyé, tels le policier, le mendiant…. C'est dans la deuxième pièce de l’exposition que l'expo bat son plein: derrière les vitres, on peut y découvrir http://farm2.static.flickr.com/1005/4605642735_4c86f325f7.jpgune bourse, celle de Rimbaud, qu'il a donné le 9 mai1891 à Pierre Bardey (1854-1934) le matin de l’embarquement sur le paquebot « Amazone ».  Le poète n’y reviendra jamais, il mourra quelques mois plus tard à Marseille. La bourse contient un grand nombre de pièces, elles pourraient dater du XVIé, et elles sont en cours d’authentification. A noter également que le musée Rimbaud en possède déjà trois.

 

Beaucoup de documents: lettres manuscrites, photocopies, lettres de Rimbaud à sa famille jusqu’à la lettre de http://www.mag4.net/Rimbaud/actualites/public/images/piecettes.jpglicenciement du poète pour liquidation en passant par un certificat de travail, tout cela réuni grâce à la famille Bardey, qui tenait l’hôtel de l’Univers à Aden, et surtout grâce à Pierre, qui est entrain de léguer ce trésor au Musée Rimbaud.

 

Une exposition vraiment intéressante, entourée de littérature, avec des passages de La Quarantaine de J.M. Le CLEZIO, et de belles images de là-haut, comme les photos de la route de Harar, des villes et villages alentours, sans oublier de photos de Rimbaud lui-même.

 

Mais pour vivre vous-même l’exposition, qui a reçu un bon accueil de la part de la presse régionale et nationale, vous pouvez encore vous y rendre jusqu’au 26 septembre inclus.

 


A noter : 

 

http://a21.idata.over-blog.com/308x278/3/36/09/70/rimbaud_rimbaudmania02.jpgA partir du 18 septembre (et jusqu’au 5 décembre 2010) le Musée Rimbaud, la Médiathèque « Voyelles » et le Musée de l’Ardenne seront fiers de vous présenter l’exposition « Rimbaud Mania, l’Eternité d’une icône » qui était présentée, jusqu’en août dernier, à la bibliothèque historique de Paris. Cette exposition est considérée comme l’une des plus grandes jamais consacrée au poète.

 

 


www.rimbaudmania.fr

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Rimbaud et sa ville
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 14:46

Contrairement à la Maison des Ailleurs, le musée du poète est un lieu de souvenirs et non un lieu de rêves, de voyages, d'illusion. C'est dans cet ancien moulin à aube du XVIIe siècle, aujourd'hui sans les roues mais pour autant pas moins merveilleux, que les objets écrits de Rimbaud sont désormais entreposés.

Cette bâtisse a été voulue par Charles de Gonzagues, duc de Nevers et de Mantoue.  Construite dans le style de la jolie place Ducale, en 1606, par ce jeune homme, un peu la tête dans la lune, elle sera peut-être un jour classée par L'U.N.E.S.C.O. 

A l'origine, le musée se trouvait dans la sacristie de l'église du Sacré-Coeur (quelle drôle d'idée!), alors que le conservateur avait l'idée de l'installer dans le vieux moulin, alors vide. De plus, il était situé prés de la maison où vécut l'adolescent fugueur, quai Rimbaud, et en plein centre de la ville.

Rimbaud, jeune, a forcément admiré, depui la fenêtre de chambre, les quais de la Meuse et son Vieux Moulin.  Aujourd'hui, les quais sont agréables à vivre, mais au temps du « Poète aux semelles de vent », c'était d'une véritable puanteur.  Les abattoirs, les tanneurs, les bateaux ont inspiré Rimbaud pour l'écriture de son chef-d'oeuvre, "le Bâteau Ivre".

Dans ce musée aux teintes claires, on découvre un espace zen, feutré, où l'on se sent chez soi, invité par le poète.  On y est à la fois chez lui et chez soi.  Photos, portraits, dessins, ses objets personnels tels que sa valise de voyage, sa cuillière, ses bouquins, les manuscrits, et la très célèbre photo prise par l'atelier Carjat, le fameux Rimbaud adolescent, rendent cet endroit très émouvant... On sent que Rimbaud a vraiment voulu nous transmettre l'âme d'une personne qui a toujours vécu en avant, en toute liberté.

Ce musée est un réel bouleversemnet.  Seul point faible: peu de manuscrits et d'objets lui ayant appartenus sont  montrés.  Cette lacune est largement compensée par le fait que le musée est complet: expositions permanentes, expositions d'artistes s'étant inspiré de l'oeuvre de Rimbaud tels que Picasso, Léger, Cocteau, Ernst Delaunay et Ernest Pignon-Ernest... Mais contrairement à d'autres musées qui s'enorgueillissent de posséder tant de choses ayant appartenu à cet artiste, le musée de Charleville a voulu montrer l'aspect « souvenir » de l'homme et du poéte.

Le souvenir reste, d'autant que le musée a vieilli.  C'est pour cela que la ville de Charleville-Mézières a décidé de le rénover et de faire un tryptique entre la « Maison des Ailleurs » et La sépulture d'Arthur Rimbaud, afin offrir aux gens encore plus d'attractions et ainsi augmenter les visites de 20 ou 30 %.

 

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Rimbaud et sa ville
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 10:25

http://a33.idata.over-blog.com/275x366/0/24/35/10/paysage/maison-des-ailleurs.jpgVisite guidée d’une maison pas comme les autres, qui a accueilli toute la famille Rimbaud de 1869 à 1875 et qui est, aujourd’hui, ouverte au public.  Ce lieu est surprenant. 

 

Ailleurs, ailleurs et encore ailleurs, toujours à explorer les lointaines terres d‘Afrique et d’Europe.  Poète et explorateur, Jean-Nicolas Arthur Rimbaud n’a jamais cessé de bouger: à pieds, en train, en fraudant souvent, et appelant à la rescousse son professeur. Jamais Rimbaud n’a tenu en place, même dans  sa propre ville qu’il détestait à en mourir:  il la trouvait tellement idiote, inférieure à toutes celles qui existent sur cette triste terre.
091210 171718-copie-1Un être voyageur qui, 150 ans après sa naissance, voit naître un bijou de son génie, de sa poésie universelle et surtout de son unique goût de sa liberté qu’il clamait à tout-va. Cette maison, qu’il a habitee avec sa famille, dans son adolescence, et qui a vu naître sa première fugue (pour Paris), est un hymne aux voyages. Mais surtout, c’est dans cette maison qu’il a sûrement écrit son premier poème : “Les Etrennes des Orphelins”.  Ici vous ne trouverez pas le style barbant d’un antiquaire, il n’y a aucun meuble, aucune statue, juste des murs, des fenêtres, des vitres, des cheminées. Aucun effet personnel ayant appartenu à la famille et/ou à Rimbaud.  Pour cela, il faut aller au musée juste à côté.  La maison est complètement vide. Les murs sont garnis d’un vieux papiers peint usage, qui date de Mathusalem.  On y trouve une très belle cage d’escalier, hors d’âge elle aussi.maison Rimbaud (2) La maison est restée telle qu’elle depuis le XIXè siècle.
Quel est l’intérêt d’une maison entièrement vide? Vous avez peur de vous ennuyer? Pas du tout.  Vous passerez, le temps de la visite, un agréable moment plein d’émotion puisque que c’est la maison de Rimbaud et de sa famille.
Ce qui fait le charme de cette maison, c’est qu’il n’y a rien du tout, hormis des lumières, des bruits, des bouts de poèmes partout, des morceaux de correspondance entre Rimbaud et sa famille. La maison des Ailleurs (poétique) nous fait découvrir en profondeur un Rimbaud au quatre coins du continent européen et africain, que chaque pièce symbolise par un thème musical, vidéo, sonore, nous faisant voyager  sur les pas du poète aux semelles de vent.  Chaque lieu est une découverte, une façon de voir Arthur Rimbaud  différemment, puisque ce maison rimbaud vu du muséepoète a la particularité d’être « hermétique » et qu’on ne le connaît jamais; on l’apprend, mais il reste toujours une part d’ombre, un mystère, tant de questions, un mythe jamais démenti depuis plus de 150 ans .
Et quels frissons au premier étage, là où la famille a habité entre 1869 et 1875: c’est là qu’est révélé un des plus grand génie de l’humanité : Arthur Rimbaud poète. Il a habité ici de ses 15 jusqu’à ses 21 ans, ce qui veut dire pendant les années où il a écrit. Au premier étage, vous trouverez l’évocation de sa chambre qui symbolise « Charleville ».  En y entrant, un profond respect nous envahit, une sensation étrange nous enivre, on ne veut plus quitter cette pièce, notre cœur bat la chamade,  on se sent tout d’un coup bizarre, on est transfiguré. Se dire que, peut-être, dans cet pièce, à vécu, dormi, un poète qui, a lui seul, a inventé son propre langage.  Cet être, qu’on aime, est vraiment là, sa présence se fait ressentir dans cette pièce froide, vide. Une émotion nous envahit.

 

 

 

091210 171800Chaque pièce  symbolise une ville sur cette terre, mais il en manque une très importante: Aphinar.  Ce lieu ne vous dit peut-être rien parce que c’est Rimbaud lui-même qui l’a inventé (existe-t-il  vraiment?) avant de mourir dans les bras de sa sœur Isabelle. Une énigme jamais percée de ce pays qui pourrait très bien exister ou pas….. on le saura sans doute jamais.

091210 172226En redescendant au rez-de-chaussée on a envie d’allez ouvrir tous les bouquins concernant Rimbaud.  Presque deux mille ouvrages traduit en plusieurs langues, parsèment le coin lecture, où la culture se mêle au site Internet ouvert pour les 150 ans de la naissance du poète. On a une envie pressante de retrouver le Rimbaud qu’on a dû apprendre au collège ou au lycée.
Pour les artistes et les écrivains, une surprise vous attend: vous pouvez être voisin avec Rimbaud.  En effet, une résidence a été aménagée exprès pour ressentir le présence du poète, qui vit encore dans ces lieux (un peintre l’a affirmé dans une interview récemment).

 

http://mru.jl.free.fr/charleville/photo/MAIS%20RIMBAUD.JPG

 


<!--[endif]-->

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Rimbaud et sa ville
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:43

Marseille, 10 novembre 1891. 

 

Rimbaud va mal. Il s’est fait amputer la jambe droite, pour que cette tumeur cancéreuse ne gagne pas du terrain. Mais sa sœur, Isabelle, est là pour le soutenir et donner des nouvelles à leur mère, Vitalie, restée au fin fond du monde à Roche, dans les Ardennes. Le poète ne se remet pas et meurt dans les bras de sa petite sœur. Sur order de sa mere, son corps est rapatrié aussitôt pour que son inhumation se fasse au cimetière de Charleville. Rimbaud, lui, aurait voulu être enterré au bord de la Mer Rouge .

 

Charleville-Mézières (Ardennes), 14 novembre 1891.

 

Deux femmes en noir vont chercher le curé de la paroisse, Père Gillet, pour commander un enterrement express. Le prêtre hésite mais on ne refuse rien à Mme Rimbaud-Cuif. Il accepte donc et propose de prévenir des connaissances de catéchisme, qu’Arthur a connu plus jeune.  Vitalie refuse catégoriquement.   Il ne sera publié aucun faire-part dans la journal local; Vitalie veut que les obsèques se deroulent dans la plus stricte intimité. Même le frère aîné d’Arthur, Frédéric, n’est pas convié à ce triste événement.

 

Un service de première ordre est mis en place: volées de cloches dignes d’un président de la république, cinq chantres, huit enfants de chœur, vingt orphelins, tout cela pour seulement deux dames en noir.

 

Le dernier voyage de Rimbaud, qui le mènera au cimetière historique Charles Boutet, se fera sous la forme d’une procession qui traversera toute la ville, pour le deposer dans le caveau familial, où repose déjà son grand-père et sa soeur Vitalie décédée à l'âge de 17 ans. Isabelle l’y rejoindra jamais elle sera inhumé à Neuilly, Fréderic, lui est bannie du paradis.

 


Cimetière Boutet, de nos jours.

 

La ferveur pour Rimbaud est encore au goût du jour.  Rimbaud est connu du Japon jusqu’au Etats-Unis en passant par le continent africain. Le chef-lieu des Ardennes françaises n’échappe pas à la règle: le cimetière historique est parfois témoin de « fans » (presque fanatiques) du poète qui clamait « La liberté libre ». C’est surtout durant la période estivale que des centaines de personnes viennent rendre hommage à l’auteur de ’Une saison en enfer’.

 

Des fans, assez jeunes, raconte le gardien, sont venus faire un feu de camp devant la tombe blanche en chantant les poèmes de Rimbaud, racontant leur mal-être, leurs problèmes.  Bien sur le cimetière est fermé la nuit.  Mais un mur est toujours facile à escalader!. Un jour le gardien dut appeler la police municipale pour chasser des fans Bataves !!!!!.

 

Il se raconte aussi qu’une autre personnalité, mondialement connue, a eu une petite explication avec les forces de l’Ordre.  En 2004, Patti Smith, rockeuse de son état, etait venue fêter les 150 ans de la naissance du poète, et avait fait brûler de l’encens sur la tombe blanche de Rimbaud.  Cette grande fan d’Arthur Rimbaud avait réalisé son rêve.

 

Patrick Poivre d’Arvor, autre personnalité bien connue, a fait pendant un moment, chaque année, un pèlerinage sur la tombe de Rimbaud pour commémorer le poète et sa poésie immortelle.

 

Il existe bien sûr des fans plus « modérés » qui viennent fleurir sa tombe, mettre une prière, dire un poème, une pensée… Ces fans sont comme même plus nombreux meme si l’on frôle l’hystérie par moments !

Repost 0
Published by Julien du 08000 - dans Rimbaud et sa ville
commenter cet article