Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 14:43

Après suggération de Virginie Lauby de faire un compte-rendu de la rencontre je fais part de cette chance d'avoir pu parler avec elle.

 

http://s332887719.onlinehome.fr/wp-content/uploads/2011/09/virginielauby-220x300.jpgJ’ai découvert Virginie Lauby lors d’une visite dans ma bibliothèque de quartier où les bibliothécaires ont mis en avant les auteurs ardennais, et son livre était posé là et il m’a toujours attiré par la couverture et par le résumé et le fait que l’histoire se déroule dans une maison de retraite.

Avant la lecture j’avais envoyé une demande d’amis à l’auteure sur Facebook et j’ai lu son 2ème roman « Le mouroir aux Alouettes » (aux éditions Ex æquo, 2010) et comme j’ai pu suivre l’actualité de l’auteure !

Après le livre lu, un livre que j’ai bien aimé et acheté après lecture, j’ai pu beaucoup discuter avec Virginie Lauby sur son livre, les maisons de retraite, la maltraitance des personnes âgées ect….

http://oproimage.open-system.fr/billet/ardennes-otcharleville/dscn9197.jpgEt virginie m’a gentiment proposé dès qu’on peut se rencontré ont le fait soit par une séance de dédicaces ou unhttp://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/8/9/1/9782359621198.jpg événement se passant dans ma ville et un beau jour de décembre 2011, le 23, il y eu une corrida pédestre organisé chaque années aux alentours de Noël et ce beau soir je n’avais rien à faire et on s’est organisé une petite rencontre sur une des plus belles place d’Europe, dans la ville de Rimbaud à Charleville-Mézières.

Et voilà nous nous sommes rencontrés et présentés, moi d’ordinaire timide a été à l’aise avec elle, le feeling a passé et nous avons pu discuté  sur mon futur métier etc.… Et j’ai pu en savoir un peut plus sur la vie littéraire de Virginie Lauby et plusieurs anecdotes qui m’ont surpris :

- Virginie Lauby ne lit pas ses romans après la publication, parce qu’elle considère que le livre ne lui appartiens plus !


- Virginie est née dans une bibliothèque !

- Elle possède plus de 2000 livres chez elle !

- Elle aimé écrire sur les sujets qui l’énerve !


Ce fût une rencontre très sympathique et surprenante parce que rencontré une écrivain est toujours surprenant d’autant que j’ai bien  aimé son roman, d’autant plus que l’auteure m’avais déjà offert la permission de réaliser une interview d’elle il y a quelques temps, c’était déjà très gentil de sa part !

On a pu aussi parler de ses projets qui sont la réédition de son 1er roman « Nannig », la sortie en bande-déssinée du « Mouroir aux Alouettes ».

Encore une fois merci à Virginie Lauby, j’ai passé un bon moment !

 

Vous pouvez retrouvez sur mon blog :

 

- L'interview

 

- Ma chronique sur "Le mouroir aux Alouettes"

 

Et sur Virginie Lauby allez visitez :

 

- Son blog

 

- Son blog littéraire

 

 

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 17:09

Virginie Lauby a publié son dernier roman "Le mouroir aux Alouettes" (aux éditions Ex aequo) en février dernier, roman policier haletant où le décors se passe dans une maison de retraite où les personnages sont maltraités par une directrice... mais ce roman vous emmène beaucoup plus loin.....

 

Mais Je remercie d'abord l'auteure qui a su prendre le temps de répondre à mes questions et laissons parler l'auteure ardennais qui saura mieux que moi parler de son livre, de ses projets, de sa vie littéraire.

 

http://images-booknode.com/author_cover_virginie_lauby_244085_250_350Comment vous est venue l'idée d'écrire cette histoire peu courante ?


    En écoutant la radio un matin de septembre 2008. Une directrice de maison de retraite s’était fait arrêter pour maltraitance. Je me suis demandée alors quelle aurait été sont attitude si les pensionnaires s’étaient rebellés.  J’ai écrit un premier synopsis, mais qui a beaucoup évolué au cours de l’écriture.

 

Même si ce n'est pas le but du livre, au niveau de la maltraitance des personne âgées, est-ce un souhait d'en parlez ou juste la coïncidence ou est-ce un vœu d'en parler parce que la maltraitance touche beaucoup d'institution notamment en France ?


    Au départ, la maltraitance était bien le thème que je voulais aborder. L’action de cette histoire pourrait se passer dans n’importe quel lieu clos : prison, mais aussi un internat... La maltraitance n’est pas toujours visible. Le tutoiement sans le consentement de l’intéressé ou l’infantilisation de personnes âgées sont des formes de maltraitance bien souvent ignorée volontairement ou non car parfois inconscientes. Il y a beaucoup de petits coups de griffes ahttp://www.decitre.fr/gi/98/9782359621198FS.gifu fonctionnement de nos institutions ou de notre société dans ce roman : les visites intéressées des héritiers, les pantalons mal taillés pour les séniors (il y a un marché à prendre dans ce domaine)… pour n’en citer que quelques uns. La maltraitance est un iceberg dont la partie visible est dénoncée, mais où la partie immergée reste ignorée. Ainsi, je pense que le manque de respect envers l’autre est la première maltraitance, celle qui mène à toutes les autres.

 Mais le récit a pris une autre direction suite à des événements familiaux qui ont bouleversés ma vie.

 

Peut-on imaginer votre 2ème roman dans un autre cadre qu'une maison de retraite ?


    Oui, je ne tiens pas à m’emprisonner dans une thématique. Le projet sur lequel je travaille actuellement est plutôt tourné vers la naissance, mais évidemment cela peut encore évoluer…

 

Vos projets littéraire ?


Il y en a beaucoup. Je pense retravailler un policier fantastique que j’avais déjà partiellement rédigé, mais il est loin d’être terminé !

 

En lisant votre roman, je me suis demandé plusieurs fois : "je lis un roman policier ou un roman tout court" tellerment je trouve on prend goût aux dialogues des personnes âgées, à leur vie en institution puis à leurs malheurs avec l'arrivée de la nouvelle directrice, comment définissez-vous votre œuvre ?

Je ne suis pas certaine que ce soit un roman policier. Certes certains ingrédients sont là, mais il n’y a pas d’enquête à proprement parler, ni de meurtres… le suspens réside dans les motifs d’agissement de la directrice et jusqu’où va-t-elle aller ? Mon éditrice a choisi de l’éditer dans la collection rouge qui est la collection policière d’Ex-Aequo, c’est elle qui l’a ressentit comme un policier…

 

Votre parcours littéraire ?


Même si l’écriture a été présente dans ma vie dés que j’ai su tenir un crayon (mon premier essai romanesque remonte à mes dix ans), je n’ai pas fait d’étude en littérature. Pas directement en tout cas, puisque j’ai fait deshttp://www.lunion.presse.fr/media/imagecache/article-taille-normale/protec/2011-04/2011-04-09/201104094d9fd0301dc9d-0.jpg études de géographie.
Après ma licence je me destinais naturellement à l’enseignement, et pour ma part plus précisément en lycée professionnel. Il me fallait donc acquérir un niveau similaire en lettres afin de pouvoir avoir quelques chances de réussir le concours PLP2 Français-Histoire-Géographie qui m’aurait permis d’enseigner à la fois en histoire-géo mais aussi en français.  L’éducation nationale dans sa grande clairvoyance préféra me laisser hors de ses murs après les épreuves orales. Je ne l’en remercierai jamais assez. Ces deux années de préparation intenses ne furent pas perdues puisqu’elles ne permirent d’aller au plus profond des œuvres classiques mais aussi contemporaines. C’est d’ailleurs à cette période que j’ai commencé à écrire mon premier récit.

 

Vous êtes en liste pour un prix littéraire un peu spécial dans son déroulement, quel sentiment vous habite ?


Je suis très fière d’avoir été sélectionnée pour le Prix Chronos car parmi tous les livres traitant de la vieillesse ou de l’intergénérationalité, sortis pendant l’année, seuls 4 sont sélectionnés. C’est pour moi une véritable reconnaissance. Le jour où j’ai appris que « Le mouroir aux alouettes » était retenu, j’ai en pleuré.  

 

Pouvez-vous nous parler de votre 1er livre "Nanning" qui je crois va être ré-édités ?

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai écrit Nannig alors que je préparais mon concours. C’était pour moi un exercice de style. Je voulais construire une histoire qui réponde aux codes de la tragédie mais avec un point de vue interne. Mon personnage principal est un antihéros, un looser. Des indices de sa déchéance sont présents dés le début du récit. Malgré quelques passages plus légers, l’ensemble reste assez sombre. C’est un roman très différent du « Mouroir ».

 

Que pouvez-vous dire aux futurs lecteurs du "Mouroir aux Alouettes" ?


Je peux les rassurer : bien que traitant d’un sujet difficile, la vieillesse qui est effrayante car c’est l’antichambre de la mort, la maltraitance, dans un lieu qui n’invite pas au voyage, la maison de retraite, « Le mouroir aux Alouettes » n’est pas un roman austère ni triste, bien au contraire. Les personnages bien qu’âgés, sont de joyeux lurons et  rappellent que notre vie est ce qu’on en fait et que la fin de vie ne veut pas dire plus de vie.

 

http://a2.idata.over-blog.com/300x256/4/30/99/63/photos-ardennais-du-12-avril.jpgAvez-vous un écrivain français qui vous a inspire ou simplement un auteur préféré ?


J’aime beaucoup Yasmina Kadhra que j’ai découvert l’année dernière et surtout Eric-Emmanuel Schmitt qui a reçu le Prix Chronos pour « Oscar et la Dame rose » en 2004.

 

Vous participez à un club de lecture, aussi vous tenez un blog littéraire tout en travaillant, comment trouvez-vous le temps de faire cela ? Pouvez-vous vous présentez dans votre vie de lectrice ?


    Je regarde assez peu la télévision ce qui me libère mes soirées. Le reste ne prend pas tant de temps que ça : mon travail me permets d’être à 18 heures chez moi,  le club de lecture de la médiathèque de Signy l’Abbaye se réunit une fois par mois, je lis chaque soir une heure minimum pour m’endormir et j’essaye de tenir mon blog à jour le dimanche. Bref, tout est question d’organisation…

 

Et un petit mot pour la fin ?


    N’hésitez pas à me contacter via mon blog ou facebook je suis toujours ravie de partager mes lectures !
Petite info de dernière minute : j’ai publié une nouvelle sur « commun’auteurs », vous pouvez la lire ici, vous pouvez y laisser vos commentaires !

 

 


 

 

On en parle dans la presse : Journal l'Ardennais

 

Sur mon blog : c'est ici : "Le Mouroir aux Alouettes"

 

Je remercie encore une fois Virginie Lauby d'avoir répondu à toutes mes questions !

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 08:52

Erwan Chuberre a accepté de répondre à mon petit interview, biographe de plusieurs célébritées tellle que Mylène Farmer, Madonna, Olivia Ruiz, Lady GaGa..... Il est aussi romancier et a publié plusieurs romans.  Merci à lui de nous avoir dévoiler ces projets et de nous avoir parler de sa littérature.

 

 

 Bonjour Erwan et merci de consacré ce temps pour mon blog et ses lecteurs, d'abord pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre nouveau livre "Sur mes lèvres.... Mylène Farmer" paru tout récemment ?

 

« Sur mes lèvres… Mylène Farmer » est un fantasme littéraire… Après avoir écrit plusieurs biographies sur Mylène Farmer, j’avais envie qu’elle devienne l’héroïne d’un roman, en interprétant son propre rôle. J’ai écrit ce roman comme j’aurais pu réaliser un film. Ensuite, je voulais que l’univers du livre lui soit fidèle, tout en semant des éléments biographiques. Puis, j’ai créé le personnage d’Erwan qui est fort différent de moi. Disons qu’il est mon côté sombre. Je suis beaucoup moins désenchanté et plus optimiste dans la vie. Bien heureusement !

 

Dans pratiquement tous vos livres la musique est présente (si on ne compte pas les biographies) est-ce seulement une passion ou plutôt une nécessité d'écrire avec une Mylène Farmer ou une Sylvie Vartan dans le texte ?

 

C’est une passion. Maintenant, hors-mi mes biographies, je peux aussi écrire des romans sans l’ombre de mes Divas préférées, comme « Vierge ascendant désordres »… ou « Sexe, gloire et bistouri » où là, l’image de la Diva est représentée d’une manière très caricaturale avec le personnage de Mélissa Saturne. Disons que j’aime bien jouer avec la notion de « célébrité »… avec ses avantages et ses défauts.

 

Dans vos Biographies : "Lady GaGa, une diva venue d'ailleurs..." et "Mylène Farmer, des mots sur nos désirs" met, d'après ce que j'ai pensé, plus la lumière vers le coter artistique que le coter "stars" et met un peu la vies privée des 2 artistes aux univers atypique un peu en retrait même si c'est abordé, est-ce voulu ou plus une chose qui s'est faite d'elle-même ? Ou est-ce que je me trompe en disant ça ?

 

Je respecte énormément la vie privée des personnages publics. Et hors de question pour moi d’y porter atteinte. Les personnes sur lesquelles j’écris le savent. Je ne suis pas Monsieur Violet ! Elles le savent et me font donc confiance. Comme récemment Isabelle Adjani qui refuse tout écrit la concernant. Pour ma « Légende Adjani », elle ne m’a mis aucun bâton dans les roues. Et puis, je pense que tout le monde s’en fout de savoir qui couche avec qui… Moi, ça me fait rire dans le privé mais jamais je ne dévoilerai quoique ce soit qui puisse faire du tort à une personne.

 

Quel est votre livres dont vous êtes le plus fière votre 1er, "Le rôle de ma vie" qui touche à votre propre vie ou un autre ?

 

Fier ne serait pas le terme exact… Je pense être une personne humble… Mais il est vrai que je peux avoir des préférences… Ce sont généralement les derniers livres que j’écris et qui sortent. Après il est vrai que l’investissement personnel est plus fort quand j’écris un roman….

 

Après Madonna, Lady GaGa, Mylène Farmer, Adjani, Olivia Ruiz, Arielle Dombasle, vous souhaiterez écrire la biographie d'un homme célèbre telle que Johnny Hallyday? Ou d'une autre célébrité Féminine ?

La seule vedette masculine qui m’intéresserait serait David Bowie, sinon… Non, je ne vois pas. Il est clair qu’avec Johnny, je serais certain de toucher un large lectorat. Mais si je respecte son travail, je me vois mal passer plusieurs semaines immergé dans son univers. Quant aux femmes, je viens de finir la première biographie française sur Katy Perry ! Un très joli voyage au pays d’une artiste coloré et hilarante… J’adore !

Que peut-on vous souhaitez pour votre avenir littéraires ? Avez-vous des projets en cours que vous voudriez partager avec nous ?

Que ça dure et que mon lectorat devienne toujours plus important ! Voire un beau best-seller pour pouvoir m’installer avec mon amoureux dans le sud de la France… dans une grande maison remplie d’animaux… Quant à mes projets : deux livres sortent en mai… « Katy Perry, une Princesse Californienne » aux Editions des Etoiles et « L’Intégrale de Lady Gaga » chez City Edition. Je reviendrai à la rentrée avec un nouveau roman « Born To Be A… Lady Gaga »… Et en attendant, je vais défendre mes derniers bébés lors de salons à travers la France.

Et, dernière question, si vous deviez conseiller, aux lecteurs, un de vos livres parmi vos romans, ça serait lequel ?

 

Là, maintenant, je dirai : « Sur mes lèvres… Mylène Farmer » !!! Qu’on soit fan ou non de la chanteuse !

 

 

 

Les livres d'Erwan Chuberre :

 

                  

 

Erwan Chuberre sur le net :  http://www.erwanchuberre.com/

 

 







 

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 10:44

Je viens de participer à mon 1er swap, je stresser un peu, je découvrez mais j'ai était enchanté d'y participer, ce Swap organisé magistralement par Marmotte sur Livraddict, je n'est pas pu résister lorsque j'ai l'interêt de ce swap que les personnes y ont porter.

 

 

Pour ce swap en chaine j'avais comme Swapée Pando' et Swapeuse Lanelaï et chaque personnes devait envoyer  en fonction du questionnaire rempli, du Chocolat, 1 ou 2 livres, du thé ou du café (selon les goûts) .

 

J'ai reçu de Lanelaï  :

 

Pour les livres :

 

"Tant qui brillera le jour" de Agatha Christie  

 

C'est un livre que j'ai toujours voulu lire de la Reine du Crime, donc  Lanelaï a bien choisi de m'offrir ce livre ! .

 

 

 

 

 

 

 

Et aussi "L'élégance du hérisson" de Muriel Barbery, alors là, encore une fois Lanelaï a taper dans le mille, j'ai bien aimé les passages que j'ai vu du film et je m'apprêter à l'acheter mais comme on vient de me l'offri c'est cool, Merci Lanelaï !

 

 

 

 

  Et aussi 4 beaux marque-pages personnalisé avec certains livres que j'ai lu : Millénium 1, Agatha Christie, Jules Verne et Arthur Rimbaud (la classe ! )

 

 

 

 

Pour le chocolat :

 

Et j'ai reçu ce chocolat, 1ère fois que je goûte à ce chocolat (je mange raremen du chocolat (pour ma ligne), j'ai bien aimé parce que j'adore le chocolat même si je trouve désagréable les morceaux dur de caramel à l'interieur, j'ai bien aimé !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et j'adore la noix de CocO, Donc ce chocolat était parfait et en plus il agit pour avoir un monde plus juste, je trouve ça très bien !.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le meilleur pour la fin : le Thé :

 

 J'ai reçu ce thé noir que j'adore, je bois rarement du thé noir, je préfère le thé vert mais ce thé je l'aime bien parce que ça me porte dans les romans d'Agatha Christie, vu que les anglais boivent beaucoup de thé noir, alors en lisant un roman de Agatha Christie, ça sera complètement parfait !

 

Et j'ai reçu un assortiment de thé : des sachets de thé japonnais, du thé à la violette et à la rose, des infusions de vanille (que j'adore !)  Et du thé à l'orange japonnais aussi !

 

 

 

Pour finir je tiens à remercier infiniment Marmotte pour avoir organiser ce swap magnifique et sutout Lanelaï qui m'a vraiment gater, un très grand MERCI à vous deux !

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 12:51

Je vous propose de lire quelques extraits du livre de Aurélia Féron, « Je m’adresse à vous comme si un jour vous alliez me lire ! » paru 2007 à la Société des écrivains. J’aime bien les textes réaliste comme ça, c’est sous forme de poésie et j’aime ça, je trouve que cet auteure écrit très bien.

 

 

Texte réalité

 Voyez à quel point la vie est pourrie…

On est heureux, on dit un jour que la vie est belle,

On a tout pour nous… l’amour, la joie, l’amitié, la famille…

Et e lendemain, on perd tout… Que d’injustice !

C’est pour ça que l’on dit :

« Nique la vie avant qu’elle te nique »

Mais celle qui aura toujours le dessus c’est la Mort.

                                               < …>

 

On remet ça…

Les gens qui se disent « bien »

N’hésite pas à enfoncer,

Ceux qui utilisent quelques substances pour se défoncer

Ils sont pleins d’ignorance !

Si leur vie leur convient ou qu’ils s’en contentent,

Ils ont quand même un défaut…

Celui de se croire parfait.

                               <…>

 

Les pensées/Réflexions

N’abandonne jamais tes idées, tes projets

Aussi fou puissent-ils te paraître

Car s’ils te viennent à l’esprit,

C’est que déjà, ils font partie de toi…

Ne t’abandonne pas !

 

Partir sans avoir l’air de fuir

C’est construire le plus sûrement ton avenir.

 

Pour avancer dans la vie,

Il ne faut pas faire que « dire » mais aussi FAIRE

 

Il ne faut pas rêver sa vie mais vivre ses rêves.

 

N’hésite pas à prendre le chemin le plus long

Pour aller jusqu’à la gloire…

Trop vite, tu pourrais arriver aux déboires !

                                < …>

La plus belle histoire d’amour

Est loin d’être celle qui dure toujours,

Mais celle qui immortalise chaque jour

                            <...>

Puisqu’il existe tant de façon de s’aimer

Alors aimons-nous mieux : aimons-nous autrement

Ou tout simplement : aimons-nous vraiment.

                < …>

A la fois ici et tellement loin,

A l’aide de mes pensées, je m’évade,

Loin de cette feuille, de ce stylo,

De cette société, de ce ghetto…

Je ne sais où je vais et je m’en fous…

Tout est si beau, si magique…

Il ne manque que TOI !

                               <…>

 

Le Figaro : Elle est stérile !

Moi : je suis fébrile !

                         <…>

 

Et si mon but dans la vie

C’était toujours de chercher

Alors je ne passerais pas de le trouver

Car je me plais à chercher d’éventuelles réponses

Aux mille et une questions

Qui valent le coup qu’on se pose.

                <…>

 

A la base, une feuille, un stylo à ses côtés,

Voilà que je vais composer..

Suis-je toujours censée ?...

Pourquoi ainsi ne pas la laisser.

On est tenté, on écrit…

 

Un mot, une phrase, un texte que l’on fait vivre.

 

On y fait passer divers sentiments,

Positifs comme l’amour à négatifs comme la haine.

Mais revenons en arrière,

Cette feuille, ne peut-elle pas exprimer à elle seule

Toutes ces choses sans que personne ne les ait composés

N’ayant jamais su la laisser vierge, je ne peux savoir.

                               <…>

 

Le bonheur ne fait écrire car il enlève le cœur

Le mal trahit mais entraine notre cœur

Le cœur aime qu’on le taquine,

Mais seulement quand la retombée,

De ce nom n’est pas digne.

                <…>                                            

 

La communication est la clé de la réussite,

Peu importe le mode,

Ecoutez-vous où un jour, VOUS ne sera plus.

                                   <…>

 

Pas un jour ne se passe

Sans que de cette vie, je me lasse.

Je voudrais tant crier

L’amour perdu et mon cœur brisé.

Mais qui m’entendra,

Qui me prendra dans ses bras

Et me consolera.

Si je savais qu’un mec n’attendait que cela

Alors je crierais au désespoir

Afin qu’auprès de lui, je reprenne espoir…

Que de blabla

Car un jour aussi il me quittera.

                    <…>

Copyright : Aurélia Féron pour tous les textes.

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 14:38

Babelio est la plus connu des bibliothèques virtuelle mais ce n’est pas le meilleur, pourtant c’est le premier site de ce genre créé en France, pourtant depuis d’autres se sont former et les « concurrents » commence à lui faire de l’ombre.

 Babelio, est un site qui se veut « le réseau social des lecteurs » comme scande le site mais ce site est-elle d’une bonne qualité, les manques, les plus, décryptage d’un site, par moi, lecteur.

« J’ai découvert ce site il y a des années mais aux premiers pas j’ai complètement abandonné puis je suis revenu vers le mois de septembre 2010, et j’y ai trouvé mon bonheur livresque, j’ai même figuré dans le « top » des lecteurs avec 101 critiques, puis avec le temps j’ai commencé à ajouter des livres manuellement et à finir ce que certains ont commencé en ajoutant photos, vidéos, citations…

C’est un site où les lecteurs peuvent facilement critiquer les œuvres lu, mettre des citations, ajouter des biographies d’auteurs et ajouter les livres que l’auteur à fait, je trouve que c’est un point positif pour le lecteur de pouvoir contribuer de cette manière à mettre le site en valeur (c’est jamais agréable de tomber sur des sites où les pages manque de résumé, couverture, photosL) mais cela se fait sur presque toutes les autres bibliothèques virtuelle.

Pour Babelio, voilà sa force : c’est sa bibliothèque sans oublier la « masse critique » qui consiste à recevoir un livre gratuitement en échange d’une critique sur un blog mais aussi désormais seulement sur Babelio mais, bon les places sont prises très vite, donc si tu es par réactif, le concours te passe sous le nez.

Mais le point faible du site est sans aucun doute son forum, quand j’y vais-je m’y perd, ce n’est pas clair, et il n’est pas très réactif, je me suis même rendu compte que certains ne savait même pas que Babelio c’était aussi un forum, pour vous dire, personnellement vous ne verrez pas souvent un message de moi dessus : j’y vais que très rarement ! Je pense que s’il serait plus clair, les gens publieraient beaucoup plus dessus.

Sans compter que j’ai eu la déception de remarquer qu’au bout de 300 livres ajouter à la bibliothèque  le site devient payant soit par années (prix aux alentours de 10€ par an) ou à vie (aux alentours de 30 €) à moins qu’au recommande par e-mail  à cinq personnes de rejoindre  le site, là, il devient gratuit pendant un an, où l’on peut mettre autant de livres que l’on veut puis, bien sûr, redevient payant après l’année, ce qui veut dire que si on met plus de 300 livres cette année-là, l’années suivante soit on s’abonne ou alors on enlève des livres pour en mettre d’autres vu qu’on pourra plus en ajouter si on s’abonne pas (à moins d’avoir ajouté moins de 300 livres bien sûr). Je trouve ça dommage parce que d’autres sites concurrents est gratuit grâce au fameux 5% reversé par Amazon lors d’achats en ligne de livres.

Et un truc qui m’agace, c’est les doublons qui peut y aller ou les fautes de les noms de l’auteur ou du livre, y en vraiment beaucoup et j’ai jamais trouvé un bouton ou on peut signaler les problèmes. Mais ça peut vite agacer, vu qu’il y a un compteur de lecteurs pour ce livre ou pour l’auteur, ça fait que les nombres ne sont pas exacts et pour l’esthétisme du site aussi.

Mais je trouve aussi qu’il manque une discussion instantanée comme beaucoup d’autres sites le font, je compare   peut-être trop les sites entre eux mais sur les autres c’est beaucoup plus convivial que sur Babelio, les gens peuvent parler lectures et autres, je trouve que ça mettrait encore un plus au site.

Mais ça reste un bon site comme même, même si je n’actualise pas trop mes lectures et même si j’y vais de moins en moins parce que je m’en suis lasser avec le temps. Mais, je précise que je n’ai pas voulu « casser » le site mais dire jusque ce que j’en pense comme je ferai pour d’autres bibliothèques virtuelles. "

www.babelio.com

 

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 15:18

Marc Lefrançois, auteur français dont le blog le fait encore plus connaître dans le monde des lettres, a publié son premier livre de nouvelles sur sa ville, Angers. Pour son premier roman "Botticelli Code", il a su mener l'intrigue de ce roman, qui se déroule dans le monde de l'art.

Est paru récemment un essai, "La vie sexuelle des grands écrivains", aux éditions "La part commune", dont on ne peut que lui souhaiter qu'il remporte un grand succès .

Il accorde une interview exclusive à ce blog.  Lui qui manie humour et intrigue sur son blog va remettre ça avec ses réponses !!!!



Marc, pouvez-vous résumer votre parcours littéraire ?

Cela fait un moment que j'écris, mais mon premier livre publié est un recueil de nouvelles sur ma ville: Angers au fil de la Maine et du temps (éditions Petit pavé, avril 2008). Quelques mois plus tard, j'ai publié un roman dans une maison d'édition italienne (le Botticelli code, éditions Portaparole). Et maintenant vient de sortir un essai, La vie sexuelle des grands écrivains, éditions La part commune. En parallèle, je suis aussi nègre littéraire; j'écris pour des personnes qui souhaitent rédiger leur autobiographie ou être aidées pour l'écriture d'un roman...

Comment est venu l'envie ou le déclic d'écrire ? Dans votre premier roman, Botticelli Code, Alice, le personnage principal, a une vie très mouvementée et peine à percer dans le monde de l'art.  Vous êtes-vous inspiré de votre propre vie ?

En fait j'ai toujours voulu être écrivain. Depuis mon enfance, j'ai passé tout mon temps dans les livres. C'est une véritable passion pour moi qui n'a pu se réaliser, en effet, que récemment. Il est vrai qu'être publié est assez difficile et disons qu'avant je me souciais sans doute pas assez de ce que pouvaient attendre les maisons d'édition. Dans ce sens, le personnage d'Alice me ressemble un peu....

Quel auteur vous inspire le plus ?
Sans doute Maupassant. Cependant mes auteurs préférés sont Proust et Balzac mais il est évident qu'au niveau du style, on ne peut chercher à leur ressembler. Disons que ces écrivains, ainsi que Stendhal, Flaubert... sont pour moi des modèles, même si d'un certain point de vue je me sens plus proche de Zweig, Mann ou Hermann Hesse. 

Est-ce votre favori ?
Peut-être que mon préféré est Honoré de Balzac... enfin, j'hésite toujours avec Marcel Proust. Ils incarnent tous les deux le degré le plus haut et le plus accompli de la littérature et sont en plus de magnifiques types littéraires. Il n'y a pas de plus belle figure de l'écrivain qui ne vit que pour son oeuvre...
 
Désirez-vous rester dans votre style de roman ou changer pour d'autre forme d'écriture genre policier... ?
Cette question est amusante car j'avais écrit en grande partie un polar régional mais qui a été effacé de mon ordinateur. Je ne l'avais pas sauvegardé... Je suppose qu'il faut y voir un signe. Le roman policier est vraiment un genre à part et il n'est pas certain que je sois à l'aise dans ce genre...
 
Et quels sont vos projets littéraires pour le futur ?
Je travaille actuellement à la rédaction d'un recueil d'aphorismes (Le protocole des naufragés)  que j'aimerais bien publier chez La part commune, mais ce n'est pas pressé. J'ai aussi l'idée d'un roman plus important que ce que j'ai fait jusqu'à présent.

Pourquoi avez-vous ouvert votre blog , vos envies ?
Pour mon blog, c'est une façon sympa de pouvoir écrire et échanger tous les jours. C'est agréable d'écrire sans penser forcément à la publication et de pouvoir ainsi traiter toutes sortes de sujets, même ceux qui n'ont aucun intérêt particulier. C'est en outre une façon de me faire un peu connaître.

Dans quel intérêt ?
Cela me permet aussi d'échanger directement avec mes lecteurs. D'avoir un avis sur ce que je fais, mais de pouvoir aussi profiter des lectures, des idées et des conseils des autres. 

Porte-t-il ses fruits ?

Oui, j'aime beaucoup lire les commentaires qui y sont faits. En outre, cela me permet de rencontrer lors de mes dédicaces des lecteurs et des lectrices qui deviennent peu à peu des amis... 

Avez-vous nécessairement le temps en plus de vos travaux de répondre aux commentaires et d'écrire tous les jours vos billets ?
En fait, non. Je ne réponds pas à tous les commentaires. Certains n'appellent d'ailleurs pas de réponse. En ce qui concerne l'écriture de mes billets, il arrive en effet que parfois je dispose d'un peu moins de temps ou que je sois un peu moins inspiré. Disons que pour l'instant j'en écris un par jour, en moyenne, mais je pense que par la suite, je serais un peu moins régulier... Il est vrai que si j'arrive à me faire connaître, je serais plus sollicité et que je devrais travailler plus dur....
 
Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui désirent être publiées ?
Se renseigner sur ce qu'attendent les maisons d'édition. Commencer aussi par une maison de taille modeste, plutôt régionale et écrire quelque chose qui peuvent les concerner. Ne pas voir trop grand tout de suite. Eviter aussi tout ce qui est d'ordre autobiographique car tant que vous n'êtes pas une célébrité de la télé, cela risque peu de les intéresser... Ne pas copier trop ouvertement un grand écrivain. N'est pas Céline qui veut...
 
Y a-t-il des pièges à éviter ?
 Le compte d'auteur. Certes Proust et Gracq ont commencé ainsi et cela peut être une façon de se faire connaître, mais il y a trop d'abus et vous risquez de gaspiller votre argent pour rien. Il vaut mieux être patient et s'efforcer de s'améliorer.

Pensez - vous que vous ayez de la chance d'être publié ou c'est à force de travailler ?
Non, c'est à force de travail. J'ai pas mal de manuscrits qui sont en attente de publication. Ils sont bien écrits et intéressants mais pas vraiment dans le genre recherché par les maisons. Disons que là où j'ai dû le plus travailler, c'est dans l'écriture de projets susceptibles d'intéresser les plus grand nombre, et pas seulement ma famille et moi! J'ai eu le droit à de nombreux refus des maisons d'édition jusqu'à ce que je comprenne vraiment ce qu'on pouvait attendre d'un jeune auteur... Et puis, je n'ai pas été pistonné et je n'ai eu aucune recommandation, et il est clair que dans ces conditions, cela prend plus de temps...
 
Marcel Proust a l'air de vous intéresser,  quel conseil donneriez aux jeunes pour qu'ils remettent les classiques dans leur vie de lecteur ?
Proust est très spécial. Il ne faut pas se jeter tout de suite dans son oeuvre immense. Je conseillerais de commencer par "Un amour de Swann" qui est souvent vendu à part et présenté comme un roman indépendant de La recherche. Mais il ne faut pas se forcer... Sinon, on peut toujours attendre la publication (je ne sais pas encore chez qui ni quand) de mon prochain roman: Marcel Proust, roi du kung-fu... une bonne introduction à la vie de ce cher Marcel!

Pensez-vous que les classiques sont en danger et pourquoi ?
Non, je crois qu'ils seront toujours lus, même si c'est par une minorité... 

Et quel auteur est le plus approprié pour commencer à lire ?
L'idéal serait de commencer le plus tôt possible avec Alphonse Daudet, Théophile Gautier et Jules Vernes, Conrad et Jack London. Puis, à l'adolescence enchaîner avec Balzac, Flaubert, Maupassant, Zola et Stendhal... Jeune adulte, lire Hermann Hesse, Kunt Hamsun, Sweig, Thomas Mann...

Que peut-on vous souhaiter pour l'avenir ?
Un best-seller! Je sais que cela peut sembler bizarre comme obsession, mais pour moi ce serait l'idéal. Après, je serais tranquille pour écrire ce que je veux... De toute façon, si je veux vivre correctement de ma plume, je n'ai pas le choix, il faut que je sois connu du plus grand monde. 


Retrouver le blog de Marc Lefrançois  : www.marclefrancois.net 

La critique de "Botticelli Code" :  sur mon blog : en cliquant là !!!
Repost 0
Published by julien au pays des livres - dans La boite à Julien
commenter cet article