Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 16:15

http://images-booknode.com/book_coverfull_metro_parisien,_petits_plaisirs_du_soir_et_du_matin_166799Le résumé :

Extrait 1 - "J'arrive à Paris comme la petite Zazie, mais à contrario de l'héroïne de Queneau, je vais voir du métro. Deux heures de transport chaque jour soit environ quarante huit à la fin du mois. Pourtant -et ça n'est pas que j'y sois indifférent- je vais rester longtemps aveugle à ces couloirs trop grands, aux passagers m'entourant et aux artistes mendiant leur tour de chant. Sur le quai du RER à Nanterre, c'est un petit coeur franc qui me servira finalement de lapin blanc, écartant mes oeillères sur un monde vernaculaire extraordinaire."

Extrait 2 - "J'ai passé deux ans à voyager conscient, attrapant des yeux le monde m'entourant pour mieux l'appréhender au-dedans. Combien de trajectoires croisées, à quel nombre s'élèvent les vies dont je peux témoigner ? Des transports en commun de Paris, j'ai sans doute été le témoin d'une infime partie. du haut de mes quarante huit heures dans les transports, et avec seulement une moitié de tour du monde réalisée -petit score- je ne prétends donc pas vous raconter les activités de chaque voyageur. Simplement, j'aimerais vous faire entrer dans ce monde souterrain que j'ai fait mien et voir avec vous la poésie dont il est plein. Voyageurs, lecteurs, attention à la fermeture des portes !"

 

Le commentaire :

 

Déjà je tiens à exprimer mes remerciements à l’auteur qui a trouvé un stratagème pour faire découvrir son livre.


J’ai beaucoup apprécié ce livre, très anecdotique, petits plaisirs du soir et du matin dans le fameux métro parisien est un livre très enrichissant.

L’auteur nous fait voyager sous la terre de Paris.


Même si le style d’écriture de l’auteur ne me collait pas trop à la peau, j’ai aimé les chroniques, les petites anecdotes qui rendent la lecture agréable et aussi on en apprend sur l’histoire du métro (et de voir que les prix augmentent aussi lol) !


J’ai vraiment aimé ce livre que je conseille à tous les voyageurs du métro en les encourageant à faire attention à regarder autour d'eux, on ne sait jamais ce qui peut arriver !


Et je le conseille à tous les autres, à tous ceux qui n’ont pas la « chance » de prendre le métro parisien !

 

Site internet :

 

Site officiel de Julien Lootens :  www.julienlootens.com

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Roman français
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 10:05

Le résumé :

Au début, il est sans doute un peu dérangeant cet amour entre ce vieil écrivain et ce très jeune homme. Mais très vite on se rend compte qu'il restera sur un plan purement platonique. Alors s'installe une véritable fascination pour chacun des mots qu'ils échangent, au cours de profondes et longues conversations, puis au fil de lettres admirables, lorsque Marcel doit quitter la ville. Car l'écrivain en question, c'est Proust bien sûr, même s'il n'est jamais nommé. Exactement au moment où naît cette passion (qui n'est pas sans évoquer un certain amour vénitien si bien conté par Thomas Mann), le jeune héros connaît l'amour, charnel celui-là, avec son beau soldat de voisin. En lieu et place des mots de la passion platonique, s'échangent ici les gestes, caresses, regards, silences de l'Amour... puis les mots aussi, lorsque le soldat regagne le front. Poésie pure, la double correspondance qui s'installe est d'une beauté fulgurante. Véritable sonate à deux voix, à la gloire de l'amour sous toutes ses formes. On ressort de cette lecture bouleversé par la double et précoce découverte – à la fois tragique et immémoriale – que vit le héros : celle de l'amour et de la mort. En l'absence des hommes nous met en présence du talent... d'autant plus remarquable que Philippe Besson signe là son premier roman.

 

Le commentaire :

 

ça a été pour moi une véritable découverte, je ne connaissais vraiment pas cet auetur ou que de nom, on m'avait suggéré de lire cet auteur mais c'est vraiment lorsque sur le forum de Livr@ddict, dans un topic que j'ai créé sur la littérature gay et lesbienne où on me l'a conseillé que j'ai foncé pour le lire !

J'ai vraiment accorché  d'abord avec le style de l'écriture, il est fluide, assez simple et surtout original, dès le début on entre dans le vif du sujet avec la guerre. J'ai d'abord apprécié ça même si ce n'est pas le style de lectures que j'affectionne vraiment pour la raison que j'ai lu énormément de suspense jusqu'à maintenant, donc je suis habitué à l'action, là, c'est l'histoire du jeune Vincent qui est le seul jeune homme de son entourage mondain à ne pas faire la guerre et il nous, pendant ce temps là, une amitié avec un certain Marcel (Proust), grand écrivain, et au fur et à mesure du texte, cette amitié va grandir et évolué.

Pour cette amitié on va devoir lire d'assez longue réflexions entre les deux hommes, sur la vie, la famille, l'amour ect... Ce qui d'un coter m'a assez lasser parce que c'est parfois d'assez long chapitres et d'un autre coter c'est vital pour l'histoire, même indispensable, mais toujours avec un texte sublime, toujours avec cette belle plume qu'est Philippe Besson. Ensemble, ils vont bien s'entendre, ce parler, se confesser, une très grande amitié  entre ce jeune homme de 16 ans et cet homme de 45 ans.

Et puis, il y a bien sur Vincent et Arthur, qui vont avoir cette folle passion amoureuse, c'est sans doutes les meilleurs passages de ce roman et surtout les plus tristes, Et aussi la partie la plus passionnnate du roman, ils vont profiter de chaque instants passer ensemble, de chaque nuits d'Amour passer dans leurs étreintes charnelle, et ce, pendant une semaine, vivant dans l'instant présent, mais arrive le jour où la permission d'Arthur se finie et il est obligé de regagner le front de la guerre. Rien que ça c'est tragique et déchirant.

Ce roman triste, qui a désormais une suite avec "Retout parmi les hommes" a peut-être ouverte une nouvelle voie de lecture pour moi, en fait, ce qui me chagrine fort, c'est ce coter est que j'ai l'impression de piétiner quand l'histoire ne va pas à 3000 à l'heure, cette sensation que ma mémoire est une vraie éponge mais non, c'est juste un livre qui se lis sur le moment, sur l'instant présent, sur tout avec les passages avec Marcel mais quand c'est les pasages avec Arthur c'est différent parce que ça me parle, ça me touche, je me sens près de ces 2 personnages donc la réelle expérience que je retiendraide cette histoire c'est cette fabuleuse et intense histoire d'Amour entre les deux jeunes hommes, qui vire au cauchemar mais cela vous regarde qui si vous avez lu ce roman, pour les autres vous n'avez pu qu'à le lire !.  J'ai surtout apprécié la 2ème partie, rédigée par lettres interposés entre Arthur, Vincent et Marcel parce que je trouve que ça coupe un peu le livre, il relâche un peu la chose qui pourrait devenir lassant à force et je trouve ça bien et beaucoup plus intéressant. Sans parler de la dernière partie qui est digne d'un "thriller" tellement on peut être surpris, on ne peut pas s'y attendre, tellement c'est inattendu !

Franchement, je pense garder une belle image de ce roman, même si je sais éperdument que dans quelques temps je ivoudrais le relire vu que tous les petits détails que j'aime aurons disparu de ma mémoire de moineau, je pense que j'aurais toujours ce plaisir de rentrer dans l'intimité de Vincent et et de ce beau blond qui est arthur.

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Roman français
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 09:47

Le résumé :

Voici les lettres adressées à Dieu par un enfant de dix ans. Elles ont été retrouvées par Marie Rose, la dame rose qui vient lui rendre visite à l'hôpital pour enfants. Elles décrivent douze jours de la vie d'Oscar, douze jours cocasses et poétiques, douze jours pleins de personnages drôles et émouvants. Ces douze jours seront peut-être les douze derniers. Mais, grâce à Mamie Rose qui noue avec Oscar un très fort lien d'amour, ces douze jours deviendront légende.

 

Le commentaire :

 

Ce livre très court est les dernières lettres adréssé par ce jeune garçon de 10 ans qui se nomme Oscar.

Je l'ai lu en deux soirée et je peut dire c'est que c'est drôle et émouvant en même temps, c'est drôle, la petite femme en rose, qui lui remonte le moral. Cette soi-disant ancienne katcheuse qui à réponse à tout.

 

C'est aussi une réflexion sur la vie et la mort, mêlé à l'Amour, cet histoire est très bien réussi, ce petit bout de chou auquel on s'attache forcément, nous réjouis par ça philosophie et par les petites paroles qui sortent de sa peit bouche.

 

J'ai bien aimé, même si ce genre de style d'écriture n'est pas trop mon truc, j'ai comme même apprécié mais pas autant que "L'enfant de Noé" !

 

Vous allez adoré aussi :

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Roman français
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 15:32

Le résumé :

Lou, treize ans, intellectuellement précoce, est une élève brillante et isolée. Fille unique délaissée par une mère tombée en dépression après la mort d'un bébé et incomprise d'un père aimant mais prisonnier de son impuissance. En classe, les autres élèves l'appellent 'le cerveau'. Pour Lucas et 'son air de bagarre' - les mauvais garçons au sourire d'enfant, ça a toujours fasciné les fortes en thème -, elle est 'pépite'. Dans le cours de l'exigeant monsieur Marin, elle a proposé de faire un exposé sur les sans-abri et d'interviewer une jeune femme SDF. A la gare d'Austerlitz où elle vient régulièrement regarder les gens et les trains partir, elle rencontre No. Mais la connaître, tenter de devenir son amie, ne suffit pas ; l'adolescente se met en tête de la sortir de là, comme on dit, et, avec Lucas, ils lèvent une armée du salut à deux combattants pour une opération de sauvetage, trop grande pour eux.

 

Le commentaire :

 

Quand j'ai vu des extraits aux informations du film réalisé par Zabou Breitman, j'ai tout de suite été emballé par l'histoire et les personnages. Et je me suis empressé d'acheter le livre.

 

Mais j'ai vite déchanté parce qu'en parcourant le premier chapitre dans la librairie, j'ai immédiatement apprécié le style d'écriture et le début de l'histoire mais au fil des pages celà c'est gâter.

 

Mais au fil de la lecture, je me suis rendu compte que l'histoire stagne, avance mais à petits pas plutôt, tourne un peu en rond. Même si le plaisir de la lecture est toujours là, elle bouge petit à petit, aux fil des rencontres entre Lou et No mais dés que No trouve une solution pour sauver de la rue No, l'histoire prend une vitesse supérieur.

 

Mais avec les extraits du film que j'ai vu, j'avais imaginer que l'histoire serais plus rocambolesque, qui "bouge" plus, qui emmène les deux compères dans des aventures plus complèxes, mais ce n'est pas le cas.

 

On s'accroche aux personnages, y a des moments de tristesses, de joies, des histoires d'adoslescent, des histoires d'Amour. On découvre pleins de trucs sur les familles de No et de Lou Bertignac et la vie de SDF de No. C'est ce que je retiendrais du roman, je pense, parce que l'histoire m'a vraiment déçu. Surtout que j'ai toujours entendu dire du bien de Delphine de Vigan.

 

Ce qui n'empèche que j'ai lu le livre assez vite : moi qui aime lire lentement, on tourne chapitres après chapitres dans l'espoir de voir décoller l'histoire, ou c'est peut-être à cause de la narration, là c'est à la première personne mais ça serait à la trosième, la façon de voir l'histoire serait sûrement différente !.

 

 

Bio expresse :

 

http://blogs.mollat.com/litterature/files/delphine.gifDehine de Vigan est née en 1966 à Boulogne-Billancourt, elle a publié plusieurs romans. No et Moi à été élu Révélation du magazine Lire 2007, a obtenu le prix des Libraires  2008 et à reçu le prix Solidarité 2009. Traduit en une vingtaine de langues, il a été adapté au cinéma par Zabou Breitman (2010). Delphine de Vigan vit actuellement à Paris.

 

 


 

Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Roman français
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 09:48

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782845633919.jpgLe résumé du livre :

Quel choc pour un jeune homme de trente ans lors de l'ouverture du testament de son grand-père : le vieil homme à réparti tous ses biens à ses soeurs. A l'une la maison de famille en Italie, à l'autre l'appartement parisien. A lui, son petit-fils chéri, l'homme qu'il aimait le plus au monde n'a laissé qu'un veux carnet au cuir râpé, avec une centaine de feuilles vierges. Cent pages blanches en héritage. Mais voilà, il ignore encore que ce carnet détient un pouvoir mystérieux, celui de projeter dans le passé pour faire revivre les souvenirs.


Le commentaire  : 

(Cyril Massarotto a un talent fou pour nous faire passer de très bons moments. C’est encore mieux qu’à la télévision: on pouffe et on éclate de rire à chaque chapitre.  L’histoire, écrite dans un style plutôt littéraire, décrit avec beaucoup d’émotion la vie d’un jeune trentenaire, de son meilleur ami, Mick, des petites amies: une, actuelle, qui le quitte et revient….  L’histoire est drôle et palpitante.

L’auteur a le talent d’arriver à faire passer, à travers le texte, une émotion, même subtile ou drôle.  On retrouve déjà cela dans son premier roman “Dieu est un pote à moi”.  Il ne se met pas de tabous, ce qui est donc génial pour les jeunes   comme moi).  Dans ce roman-ci, on ne retrouve pas ou pas trop de - comment dire - choses à censurer.  Par contre, dans son précédent roman (dans lequel le personnage travaille dans un sex-shop), il est amené à dire des choses “sexuelles”.  Dans la vie du personnage on retrouve des choses sans tabous: quand il s’aperçoit que Dieu le voit en train de faire l’amour, ou de se masturber, ou essayant un vibro (“curiosité professionnelle”, dira-t-il).

 

En fait, voilà le vrai talent de cet auteur et c’est vraiment un style à 100 % divertissant.  Pour les vacances c’est génial.

Mais mises a part les rigolades, ce jeune auteur a un don particulier de mêler du drôle et surtout du très triste au point qu’une petite larme nous arrive au coin de l’œil, tellement l’émotion est grande.  Lisez le roman: vous découvrirez bien vite de quel moment il s’agit tellement c’est bouleversant.

 

Avec ça on vit aussi des histoires d’amour, de ruptures….. Un livre qu’on dévore, qu’on ne veut pas lâcher avant de l’avoir terminé.

C’est également une réflexion sur la vie: que garder comme souvenir avant d’aller reposer au paradis, ça fait quoi d’être vieux…
C’est toujours difficile de parler d’un livre qu’on aime, et plus facile d’un livre que l’on n’a pas aimé.

Voilà pourquoi ce petit commentaire, assez court (il faut dire que le roman n’est pas très long): juste pour vous dire que ce livre est très bien, un bon divertissement, léger, on ne se prend pas la tête on lit l’histoire extraordinaire de ce jeune homme qui vit avec un carnet, qui va pourtant lui causer tant de soucis, mais également (et heureusement) aussi quelques joies.

En 2 mots: lisez-le!


Bio express :

http://www.xoeditions.com/IMG/auton15732.jpgCyril Massarotto est né en 1975, est instituteur près de Perpignan.  Son premier roman « Dieu est un pote à moi » (XO éditions) s’est vendu à 35 000 exemplaires et est traduit en 14 langues.  Il a reçu le Prix Méditerranéen des Lycéens. « 100 pages blanches » (XO éditions) est son deuxième roman, tendre, rigolo, subtil, émouvant.


Repost 0
Published by Julien au pays des livres - dans Roman français
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 09:54

Le résumé :

Comment vivre une histoire d'amour avec une jeune femme du XVe siècle, quand on est contrôleur des impôts à Châteauroux en 2008 ? C'est tout le problème de Jean-Luc Talbot, qui était un homme normal, rangé et rationnel... Jusqu'à la nuit dernière, où tout a basculé. Est-il rattrapé par une passion vécue au Moyen Age, ou victime du complot diabolique d'un contribuable ? Ballotté de manipulations dangereuses en bonheurs fous, il se demande s'il est en train de perdre la raison, ou de trouver un sens à son existence. Si la réincarnation existe, quel est son but ? Faut-il revenir sur les pas d'un autre, pour découvrir enfin qui l'on est ? Peut-on modifier le passé ? Peut-on réussir deux vies à la fois ? Renouant avec ses thèmes majeurs, Didier van Cauwelaert nous entraîne dans un roman hallucinant où, à travers la drôlerie irrésistible des situations, la gravité de l'enjeu et le pouvoir des rêves, il suggère des réponses vertigineuses aux questions qui nous hantent.

Le commentaire :

Ce roman est formidable en plusieurs points. En lisant le résumé on pourrait croire que le roman parle que de l'histoire d'Amour entre Jean-Luc, contrôleur des impôts, et Isabeau, jeune fille qui à vécu au XVè siècles, mais non il va beaucoup plus loin que ça. Il en parle beaucoup évidement mais aussi du métier de Jean-Luc et là on meurt de rire d'autant que c'est ce métier qui va le faire rencontrer la famille d'Isabeau et un événement qui s'en suit pour Jean-Luc tragique qu'on prend part à cette tristesse.


L'histoire d'Amour – par contre- est encore plus passionnante, surtout au début quand Jean-Luc découvre la famille, la présence d'Isabeau.... et tout c'est gens bizarre voir fous !.

Si l'histoire tient la route c'est parce que l'auteur n'en fait pas de trop : il n'y à pas d'apparition comme on pourrait l'imaginer et autres choses qui auraient ternit l'histoire. Et vu comment la fille communique avec Jean-Luc on se réjouit de ce qui se passe dans la vrai vie du contrôleur.


Il y à aussi, pour les passionnés d'histoire, des passages de la vie d'Isabeau, la guerre de Cent Ans avec Jeanne d'Arc et la généalogie de Isabeau qui sont évoqués au long du récit.


Globalement c'est encore une réussite pour Didier Van Cauweleart , parce qu'on ne s'ennuie pas, ce livre se lit comme on voit un bon film, les personnages sont bien fi scellés, l'histoire tient debout, Voilà les bons ingrédients qui fait un bon roman.

 

Sur mon blog :

 


Repost 0
Published by Julien du 08000 - dans Roman français
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 11:26
Le résumé :

– D’où venait ce papier ?
– Quel papier ?
– Faites pas l’idiote. Ce midi, l’enveloppe que vous m’avez donnée, avec le porte-clefs... Si on peut appeler ça donner, d’ailleurs.
– Vous vous attendiez à quoi ? A un billet de Loto gagnant ?
– Ce qu’il y avait marqué dessus, ça m’est arrivé !
– Je peux pas vous en dire plus, mon gars… Peut-être une mauvaise blague… C’est tombé sur vous… Une coïncidence…
J. B.

C’était pas écrit, sur le papier, qu’il serait suspecté de meurtres, Antoine Meyer... Jusqu’à présent, le désastre s’en était tenu au malheur ordinaire : rupture, chômage, accident bénin de la circulation. Mais là, on passe à la vitesse supérieure et ça tourne carrément à la tragédie. De quoi devenir parano ! L’odyssée d’Antoine Meyer, agent d’assurances au chômage, va durer trois semaines et changer radicalement sa vie.


Le commentaire :

Délire total ! Une vie extraordinaire, des rencontres inoubliables, des coïncidences incroyables, voilà comment se résume ce roman de Josiane Balasko.

On prend un réel plaisir à lire ce livre d'une écriture légére, simple, agréable... L'odyssé d'Antoine est loufoque à un point incroyable qu'on se dit qu'Antoine rêve parce qu'on peut garantir que les péripeties sont là !!!!!.

"Les malheurs d'Antoine" comme pourrait dire la Comtesse de Ségur de ses merveilleux "Malheurs de Sophie".

Une histoire tellement incroyable qu'elle ne peut pas être racontée tant elle est chargée de bizarreries qui se passent en trois semaines seulement !!!!

Si l'histoire en elle-même est géniale, la fin est un peu molle: pas autant de péripéties qu'au début mais la lecture reste agréable.
Repost 0
Published by Julien du 08000 - dans Roman français
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 10:57

Le résumé :

Un écrivain harcelé par l'étudiante qui lui consacre une thèse, un peintre qui s'accuse de tuer les femmes à distance avec ses pinceaux, une maison qui envoûte jusqu'à la folie ceux qui s'y attachent... Faut-il résister à l'attirance ? Et si l'on y cède, est-ce pour se fuir ou pour se retrouver ? Liées par un même secret, l'histoire de trois passions vénéneuses où culmine le talent d'un des plus grands auteurs français.

Le commentaire :

Vous êtes mon sujet ! :

Cette petite histoire peut faire froid dans le dos, plutôt ce n'est pas très romancé c'est plutôt une bonne nouvelle de suspense. C'est tellement bien, on suit le fil de lecture sans le lâcher, le fil conducteur est un art que l'auteur sait manipuler magnifiquement bien.

Cette histoire est extraordinaire surtout en suspense, franchement, arriver à la dernière page vous en resterez sur le c*l !!

Un grand bravo, on ne lâche plus ce récit avant la dernière page lisez-le et vous vous en souviendrez tout votre vie !!!

Attirance  :

Pour cette deuxième histoire, c'est un histoire aussi farfelue que la première, c'est ce qui fait ou contribue au charme de l'histoire. Mais on retrouve toujours la même atmosphère qui nous tient en haleine !!!

On a toujours cette angoisse qu'on retrouve dans les bons thriller (c'en est-un ?)  mais c'est basé un peu sur l'univers surnaturel et mystique et surtout lié à l'art. L'histoire est un peu moins passionnante que le premier récit mais on retrouve ce fil conducteur qu'il y a dans le premier. Mais l'intrigue est aussi géniale.

L'histoire des meurtres tient vraiment la route même si, à première vue, ça à l'air invraisemblable mais vrai !!!!.

La maîtresse de maison :


Troisième histoire, aussi passionnante.

Avez-vous déjà vu le film "Psychose" du célèbre Alfred Hitchcock ?. La maison pas loin du motel ?.

Voilà la vision d'horreur que vous aurez en lisant cette histoire, où il est question d'une maison où le temps s'est arrêté en 1944 ou 45.

C'est une histoire vraiment attachante, attirante qui nous fait passer des nuits d'horreur absolu avec, en plus, de beaux passages érotiques qui vous feront plaisir !!!.

Un peu moins passionnant que la première histoire mais elle vaut le coup d'être lue.


Commentaire global :

Il y a, dans les trois récits, toujours cette envie de lire ce livre sans le lâcher, même si certains récits sont plus passionnants que d'autres. Toujours ce fil conducteur qui rend les récits inimitables   !!!


Lien Internet :

Site internet officiel  :  www.van-cauwelaert.com


Bio Expresse :

Didier Van Cauwelaert est un auteur de roman, thèâtre. Il est très récompensé pour son oeuvre.

Repost 0
Published by Julien du 08000 - dans Roman français
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 09:43
Le résumé :

Une année à Paris. Une rencontre improbable, les frictions, la tendresse, l'amitié, les coups de gueule, les réconciliations... de quatre personnes vivant sous un même toit, celui d'un immense appartement haussmannien aussi vide et désolé que leur vie respective. Quatre personnes qui n'avaient rien en commun et qui n'auraient jamais dû s'entendre, jamais dû se comprendre. Un aristocrate bègue, une jeune femme pas plus lourde qu'un moineau, une vieille mémé têtue et un cuisinier grossier. Tous sont pleins de bleus, pleins de trous et de bosses et tous ont un coeur gros comme ça (non, plus gros encore !)...

Le commentaire :

La magnifique histoire des ces 3 personnes est un roman inoubliable.  L'écriture en est formidable et dès le commencement du livre, on est certain qu'on va adorer !

Les trois personnages principaux sont rien qu'à eux, tous un caractère à eux, leurs vie, leurs engueulades etc...

Que dire d'autre? L'histoires est très intéressante, l'humour pas très prononcé mais on rigole beaucoup.  En conclusion: un divertissement bien meilleur que la télévision!

Un livre est magnifique, même si quelques passages sont un peu ennuyeux.  Si je devais noter les ouvrages sur ce blog, je lui mettrais une très bonne note !!!!!

Bio expresse :

Anna Gavalda est née le 9 décembre 1970 à Boulogne-Billancourt. Enfance bucolique avec ses trois frères et sœurs qui restent ses meilleurs amis. Des petits boulots. A toujours aimé écrire. Elle vit dans la banlieue sud de Paris. Elle écrit matin et soir avec l’envie de raconter des histoires à tout le monde. Elle élève ses deux enfants le reste du temps. En 2000 Grand Prix RTL-Lire pour Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part.

Son roman, Ensemble, c'est tout, à fait l'objet d'un adaptation télévisuel le 26 avril 2009 sur la chaîne Tf1.
Repost 0
Published by Julien du 08000 - dans Roman français
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 09:54
 

Le résumé :

 

A huit ans Nathan est entré dans le tunnel de la « mort imminente ».

Plongeant dans un lac pour aider une fillette, l'enfant s'est noyé.  Arrêt cardiaque, mort clinique, Et puis, contre toute attente, de nouveau, la vie.

Vingt ans plus tard, Nathan est devenu l'un des plus brillant avocats de New-York. Il a tout oublié de cet épisode traumatisant, Il a même épousé la « petite fille du lac », Mallory, sa femme qu'il a passionnément aimée, puis qui l'a quitté, et qui lui manque comme au premier jour...

Mais Nathan ignore que ceux qui reviennent de l'autre côté ne sont plus tout à fait les mêmes, Aujourd'hui il connaît la réussite, la notoriété et la prospérité.

Il est temps pour lui de découvrir pourquoi il est revenu.

 

 

Le commentaire :

 

Ce roman de Guillaume Musso peut être coupé en trois parties : réflexion, péripéties, histoires de famille et un but à franchir...

 

Ce n'est pas un récit dans lequel on rigole, mais il est très divertissent et surtout très passionnant.  Dès qu'on l'a commencé, impossible de le lâcher.  On pourrait même écrire « Garantie ou remboursé » !!!

 

Guillaume Musso a le talent, pour ce roman, de rendre les choses tristes vraiment tristes comme si vous y étiez. A 3 reprises, l'auteur nous fait presque pleurer.

 

Ce roman, à l'écriture simpliste, nous fait le témoin direct des scènes comme si on les regardait derrière les fenêtres.  C'est ce qui fait le charme d'un roman: se sentir témoin à part entière de l'histoire.

 

Les réflexions sur la vie et la mort, le milieu social, tiennent une grande place dans ce roman.  Ceci contribue entièrement à rendre ce livre proche des personnes qui le lisent. Une chose est sûre: vous ne serez pas déboussolés!

 

C'est vrai que l'auteur ne va pas chercher des péripéties extravagante, il reste dans le réel, les pieds sur terre, en nous montrant la vie à New-York.

 

En bref, c'est passionnant à en mourir, on ne le lâche plus d'une semelle !!!

 

C'est un roman où il fait bon lire !!!!

 

c'est vraiment un très beau roman !!!

 

Les critiques :

 

« Ce roman est dangereux, Une fois ouvert vous ne ne pourrez plus le quitter avant la dernière page. » Bernard Lehut-RTL

 

« Guillaume Musso manie l'art du suspense avec l'efficacité de ces maîtres du thriller américain, »

- Anne Berthod- L'Express

Repost 0
Published by Julien du 08000 - dans Roman français
commenter cet article